· 

TEXTORIS Raoul, combat, les arcs, var

            Premier Chef du Mouvement « COMBAT »,  Résistant de la première heure. Né le 14 avril 1901 aux Arcs (Var),  négociant en vins, militant socialiste SFIO, conseiller municipal (1929-1941)  se maria en août 1927 à Draguignan et devint conseiller municipal des Arcs, le 5 mai 1929, sur la liste « d’union socialiste et républicaine ». Il fréquentait les Jeunesses socialistes SFIO de la section de Draguignan et représenta la section socialiste SFIO des Arcs avec Léon Textoris au congrès fédéral socialiste SFIO, le 3 décembre 1933, après la scission. Réélu le 5 mai 1935 en avant-dernière position, avec 394 voix sur 866 inscrits, il démissionna, avec les autres édiles, le 31 mars 1941.

 

Fondateur du mouvement “Combat“ dans l’ancienne circonscription électorale de Draguignan, Raoul Textoris fut l’un des premiers dirigeants des manifestations du 14 juillet et du 11 novembre 1942. Arrêté par l’OVRA, (Police Italienne) le 1er février 1943, il fut condamné à Breil à trois ans et demi de détention le 5 juin 1943 et resta emprisonné en Italie (Turin, Saluzzo) jusqu’en avril 1945. Repris par les Allemands, il fut libéré le 24 avril.

 

À son retour aux Arcs, il milita dans le Mouvement de Libération nationale et à l’UDSR. Franc-maçon, il préconisait, comme de nombreux socialistes de la région, la reconstitution rapide du Parti socialiste SFIO sans entente prolongée avec les communistes. Il s’opposa ainsi aux partisans du maintien de l’union de la Résistance, rassemblés alors autour d’Édouard Soldani. Il en résulta une rivalité durable avec ce dernier qui se manifesta lors de la désignation des différents candidats aux élections. Il devint maire socialiste SFIO des Arcs en 1946 et le resta jusqu’en 1972. Sa gestion municipale autoritaire lui attira de nombreuses critiques qui trouvèrent, à deux reprises, des issues judiciaires.

 

Il mourrut le 3 avril 1988 aux Arcs. 

 

 

Recherches opération-dragoon.com , Maitron Université Paris 1. Panthéon Sorbone,  Archives militaires des Armées. 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0