· 

CONDRILLIER Paul. Résistant, Scout 517th, F company

Paul (Yvon , Achille) Condrillier, né le 13 avril 1924 à Nice et décédé le 25 août 1997 à l’age de 73 ans d'un accident de plongée sous-marine, Tout le monde se souviens de Paul comme un pilote de rallye et de circuit français mais aussi comme préparateur automobile.

Sa carrière en compétition automobile s'étale de 1951 à 1965.

Il fut pilote d'usine Renault (sur Dauphine). 3 participations aux 24 heures du Mans

Il a piloté pour Panhard deux fois avec Eugène Martin au Mille Miglia 1955 , le Tour de France 1958 sur Panhard Dyna Z.

 

 



Mais ce que la France ignore, c'est son engagement au sein de la résistance Française, mais aussi celle au sein de l'armée des Etat Unis dans le secteur des Alpes maritimes. 

Après les combats de libération du secteur de Nice et de la vallée du Var, il vas se porter volontaire, et rejoindra dès la fin aout 1944 les forces alliées pour leur servir de guide, éclaireur au sein de l'une des unité qui vas libérer l'arrière pays Niçois, Le 517em régiment parachutiste Américain.

Grâce à la rencontre avec le parachutiste Gary DAVIS, de la compagnie F, du 517em, nous allons découvrir leur fraternelle et éternelle amitié..

Ce document, unique, rédigé en 1944 par le Lieutenant Harry RIDDLE, commandant de peloton atteste de son appartenance au 517em régiment aéroporté Américain et plus précisément à la compagnie F, dont faisait parti Gary DAVIS.

En 1999, nous rencontrons pour la 1er fois Gary DAVIS lors d'une réunion des anciens du régiment à Fort Bening Georgia. USA. 

 

 




Souvenirs de l'acceuil chez Dominique,  fille de Paul CONDRILLIER, à gauche, J.M SOLDI au centre, et Gary DAVIS, compagnie F du 517em. Avril 2000
Souvenirs de l'acceuil chez Dominique, fille de Paul CONDRILLIER, à gauche, J.M SOLDI au centre, et Gary DAVIS, compagnie F du 517em. Avril 2000

Alors que Gary nous raconte son épopée au sein du 517em, il nous parles immédiatement de son frère d'arme, le français Paul CONDRILLIER. Des leurs combats pour la libération, Le Broc, Levens, L'Escarène, Lucéram, Peira-Cava, les terribles attaques du col de Braus et la libération de Sospel dont ils furent les premiers à entrer dans la ville.  

Gary projette de revenir en France et bien entendu nous l'accueillerons comme notre propre famille. Mais il reste terriblement triste alors qu'il avait essayé de retrouver Paul quelques années auparavant d'avoir eu au téléphone une vois qui lui avait répondu :" Il est mort"...

De retour en France, nous écrivons à la mairie de Nice, une époque ou internet n'était pas ce qu'il est de nos jours.

La mairie nous renvoie l'avis de décès de Paul CONDRILLIER avec comme hérédité sa fille, Dominique CONDRILLIER ANTONINI.  Contactée par téléphone, elle accepte de nous aider, et lors de la venue de Gary DAVIS en avril 2000 avec sa femme et ses filles, nous gardons la visite secrète et arrivé devant le domicile de Paul, la surprise sera inoubliable et fera verser des larmes. 

Gary raconte ses souvenirs, les mauvais comme les bons, le jour ou il est blessé au Col de Braus, colline 1098 en septembre 1944,  quand Paul prend soin de lui, le conduit et vas le chercher à l'hôpital de Nice et l'accueille dans sa maison de famille..

Les escapades sur la corniche jusqu'à Monte-Carlo avec un cabriolet sport avec lequel Paul CONDRILLIER faisait des courses déjà avant guerre, son sens de l'humour, les leçons d'anglais et de Français qu'ils se donnaient mutuellement.. Les éclats de rire quand Paul n'arrivait jamais à prononcer le "TH" de la langue anglaise !

Nous tenons par cet article à rendre hommage à ce modeste héro membre de la résistance Azuréenne Paul CONDRILLIER.