· 

DAVIS Gary. L. 517th parachute regiment. F.company.

Il arrive rarement dans une vie des rencontres qui en quelques minutes vous donne l'impression que vous avez été proches pour l'éternité. Gary était l'un de ces hommes, et il aura une place dans nos cœur pour le reste de nos vies.

Gareth LaMont DAVIS est né à Cass Lake, régions montagneuses du Minessota le 7 juillet 1924 .. Il commence très tôt dans sa vie avec son père à passer du temps dans les forêts pour le camping mais surtout pour la chasse. Il était lycéen lorsqu'il a rejoint l'armée le 20 avril 1943 et se porte volontaire pour les parachutistes. cette unité toute nouvelle. Il a d'abord été envoyé au camp Toccoa, en Géorgie, pour l'entrainement basique, et comme il s'amusait à le dire, grimpait la fameuse montagne du mont Currahee qui pour lui qui venait des grandes forets du nord lui semblait de la rigolade...Il suivi ensuite sa formation de parachutisme à Fort Benning. il deviens vite Expert en tirs à la carabine, et au fusil.

il fut reversé dans le nouvellement créé, 517em régiment de parachutistes comme éclaireur dans la compagnie F sous le commandement de capitaine John LISSNER. Après être passé par Camp Mackall, Caroline du Nord, et fait les manœuvres du Tennessee, il a été envoyé par camions à Newport le 19 mai et embarqué sur le navire Santa Rosa pour être envoyé en Italie dans le port de Naples ou il débarque le 31 mai 1944. Cette partie de l'Italie au sud de Rome était à cette époque à peu loin de la ligne de front des combats. Les troupes Allemandes occupaient sans trop combattre ou avec de faibles actions, elles étaient principalement formés de Polonais,Tchécoslovaques et Yougoslaves. Quelques jours après il reçu l'ordre de faire mouvement vers Orbetello et de rejoindre la 36e Division pour un baptême du feu pendant deux jours.

Puis dans les premier jour d'août 1944, l'ordre est donné de retourner à Frascati, près de Rome, pour être entraîné et préparé pour le saut dans le sud de la France. Malheureusement, Gary fut atteint de dysenterie et envoyé dans un hôpital de campagne. Très fatigué, il était terriblement triste de quitter sa compagnie et bien sûr ses frères d'armes.

Le 13 août, son meilleur ami Gene FRICE lui rends visite et lui dit: "Gary, nous partons, l'invasion commence est pour bientôt et nous serons de la partie.."

"Ne me laisse pas ici, je vais avec vous à cette fête" et Gary sauta de son lit et suivit ses camarades.

Silver parachute wings bracelet of Gary
Silver parachute wings bracelet of Gary

There is rarely in a lifetime some people that you met and in few minuts you feel that you have been close for eternity.. Gary was one of this men, that will host a place in your heart for the rest of our lifes.

Gareth LaMont DAVIS was born in Cass Lake, Minessota on the 7th of july 1924.. He start very early in his life spending time in the forest for camping, and hunting. He was a high school student when joined the army on the 20th of april 1943 and was volonteer for paratroopers.   He was first sent in Camp Toccoa, Georgia, for the physical training part of the airborne school. He have to run up to the famous Mount Currahee, and as he used to say, it was a "piece of cake" compared to my mountains..

Then he went for parachute training at Fort Benning. After spending time in Camp Mackall, north carolina, He became expert in carbines, and rifles and was attached to the newly created 517th parachute regiment as a scout in F company under command of captain John LISSNER. made the tennessee maneouver Gary DAVIS was sent by trucks to Newport on the 19th of may 1943 and embarked on the Santa Rosa ship to be sent over sea to Italy in Naples harbor arriving on the 31 of may 1944. This part of Italy south of Rome was at that time pretty much out of  war. The Germans were fighting a delaying action, mostly with Polish, Czechoslovakian, and Yugoslavian soldiers. Few days after he received the order to move to Orbetello and join the 36th Division on the combat line where they had been fighting for two days. 

On the first day of august 1944, the order arrived to move back to Frascati, near Rome to be trained and prepared for the jump into Southern France. Unfortunatly, Gary contracted dysentery, and was sent in a field hospital. Very tired, he was terribly sad to leave his outfit and of course his band of brothers.

On the 13th of august, his best friend Gene FRICE visited him, and said : " Gary, we are going , the invasion is on his way and we will be from the Party.. "

«  don’t let me here, i am  going with you to that party » and Gary soon jumped out of his bed and get ready.


Gary DAVIS patches and memorabilia.
Gary DAVIS patches and memorabilia.
rare 1944 picture of German Head Quarter Les Serres front gate were Joe O'BRIEN was killed.
rare 1944 picture of German Head Quarter Les Serres front gate were Joe O'BRIEN was killed.


Parce qu'il était de sang indien Chippewa de part sa grand-mère, avant le saut  dans le sud de la France, il a décida d'honorer ses origines et de se faire une coupe de cheveux de style indien, rasé des deux côtés , il se peint le visage et le crâne avec des tubes de camouflage d'un côté vert et l'autre noir.

Gary se souvenait d'une anecdote à ce sujet :

"Cette coupe de cheveux et ce camouflage guerrier me valu d'être dans les jours de libération le vilain garçon de la bande, et alors que tous les potes donnaient des baisers aux jeunes filles de Provence, aucune n'osait s'approcher de moi tellement je faisait peur !! Alors je du remettre mon casque pour cacher ma coupe Iroquois ! et quand la première jeune fille s'approcha pour m'embrasser, je me penchait pour lui faciliter la tâche et mon casque heurta la pauvre fillette sur le nez presque au point de l’assommer !!"

Lorsque le feu vert à la porte de l'avion s'alluma, Gary DAVIS sorti, baissa les yeux au dessous de lui et pensa d'abord qu'il allait tomber en mer en raison d'un épais brouillard. Il commença à déverrouiller son parachute ventral, son gilet de sauvetage et tout l'équipement lourd qu'il transportait, comme cela lui avait été enseigné au cas ou il tomberai en mer. Dans la nuit brumeuse, il entendit un "splash" d'eau d'un de ses camarades au dessous de lui et se tenais prêt.

Quand il toucha finalement l'eau, il se rendit compte qu'il avait de l'eau jusqu'aux genoux et réalisa qu'il avait atterri dans une rivière. Aussitôt, il se dégagea de son parachute et assembla rapidement son fusil de sniper M1903. il plia son parachute et en coupa un morceau pour en faire un foulard en "souvenir". Il était environ 5 heures du matin.

Rapidement il retrouve quelques gars de sa compagnie et commencent a marcher vers le Nord le long d'une petite route. soudain,  le bruit d'une moto se fait entendre et semble venir en leurs direction. Ils sautent vite derrière un buisson, et se tiennent prêts à entrer en action. Gary a charge une grenade à fusil au le canon de son arme et tire sur les 2 allemands dès qu'ils furent a portée.

Par erreur, il oublia de retirer la goupille de la grenade et lorsque celle ci toucha le conducteur, il fut décapité par la puissance de l'impact sans pour autant exploser.

Des coups de feu étaient partout autour d'eux, mais pas directement en contact.

Ce fut hélas très proche de lui que le premier parachutiste et meilleur ami, Joe O'BRIEN, fut tué par une mitraillette allemande devant le portail du Château de Serre, quartier général allemand.

 

Plus tard dans la journée, il rejoint son unité près du village de La Motte et prennent position pour un contrôle de la ville, ce qui était mission de la compagnie F au jour J.

Après 3 jours de ratissage de la zone, le 517ème régiment aéroporté fit mouvement vers le nord-est, Fayence, Saint Cézaire, Grasse, pour rejoindre la vallée du Var au sud de Levens. Il arriva aux environ du Col de Braus au nord de Nice en septembre 1944. Parce que Gary DAVIS était un vrai bon trappeur et chasseur avant la guerre, il deviendra rapidement  l'un des meilleurs éclaireurs de son groupe. Il se souvient:

«Parfois quand mon chef de peloton Harry RIDDLE me demandait une patrouille de reconnaissance la nuit, j'étais comme un guerrier indien, je pouvais sentir le cuir de l'équipement allemand à des centaines de mètres mais je devais faire très attention à tous les pièges que les allemands posaient.

Ils piégeaient tout : nourriture, vêtements, essence, armes, munitions ... les tireurs d'élite étaient partout ... ils pouvaient passer une journée entière assis au sommet d'un grand pin avec leur fusil et nous attendre ... "

Gary DAVIS grand daughter Amy during his last visit same place
Gary DAVIS grand daughter Amy during his last visit same place

 

Because he was from indians Chippewa from his grandma, before the combat jump in southern France, he decided to honor his origins and make a indian style haircut, shaved his hairs on both sides and painted his face and skull with camo paste one side green one black.

Gary was having a funny story about his aircut :

This haircut and this warrior camouflage earned me to be the bad boy of the gang in the first days of liberation, while all the friends were kissing the young girls of Provence, none dared to kiss me as they were  afraid !! So I had to keep my helmet on to hide my Iroquois aircut ! when the first girl came to kiss me, I leaned over to make her task easier and my helmet hit the poor girl on his nose in a the point of knocking her out !! "

When the green light turn on, Gary DAVIS  get out of his airplane, look down bellow him and first tought he was landing into the sea due to a heavy fog. He start unlock his reserve chute, life preserser and all heavy equipement he carried , as he have been trained to do in case of water landind. In the foggy nigh he hear a splash bellow him and was ready. When he finaly touch the water he just had water to his knees and realise he had landed in a small river. Soon he get out of his parachute and get his M1903 sniper rifle ready.  he folded his parachute and cut a piece of it to make a scarf as a "souvenir". It was about 5 in the morning.

He soon met few guys of his outfit and together walked along a small road. They suddently heard the noice of a motorcycle coming. Jumped behind a bush, they where ready to fire. Gary loaded a rifle grenade on the barrel of his gun and soon fired the 2 germans coming.  By mistake he forgot to take out the grenade pin and when the grenade hit the driver, he decapitated him by the power of the impact but did not explosed.

Fired fight were all around but not close to the group..This his on the first hours also, very close to him that the first paratrooper and best friend of him Joe O’BRIEN have been killed by a german machine pistol in front of the gate of Château de Serre, the german head-quarter.

Later on the day he joined his outfit  near the village of La Motte and set up a position for the control of the town,  the mission of F company on D day.

After 3 days cleaning the landing zone area, the 517th regiment moved East, North East, to Fayence, Saint Cezaire, Grasse, to join the Var river valley south of Levens . they arrived around Col de Braus north of Nice in september 1944.  Because Gary DAVIS was a real good trapper and hunter before the war, he soon became one of the best scout of his company.  He remember : 

« sometimes when my platoon leader Harry Riddle was asking me for a reco patrol at night, i was like a indian warrior, i was able to smell the leather of the german equipment from undreds meter but have to be carrefull to all the traps germans used to do. They traps everything : food, jackets, gaz, weapons , ammo...  the snipers were everywhere...they can spend a full day sitted on the top of a big pine tree with they rifle and waitting..."

 


Gary DAVIS on the way up to hill 1098 after the battle. October 1944.
Gary DAVIS on the way up to hill 1098 after the battle. October 1944.
Gary catching back his memory on the same place when we walked up to 1098 in 2000.
Gary catching back his memory on the same place when we walked up to 1098 in 2000.


Gary DAVIS map of hill 1098 area and German binocular taken on the observation post after the battle of 1098
Gary DAVIS map of hill 1098 area and German binocular taken on the observation post after the battle of 1098

La mission de la compagnie F, dans ce secteur de la frontière italienne, était d'attaquer et de prendre un poste d'observation sur une petite colline d'une altitude de 1098 mètres , plus connue par les habitants de la région comme "Cime de Ventabren". Cette colline deviendra bientôt pour les hommes du 517e une partie de l'enfer.

Ce fut la première semaine de septembre 1944 qu'au cours d'une des premières attaques, que Gary fut blessé par un éclat d'obus au bras. Malheureusement, certains de ses meilleurs amis eurent moins de chance sur cette colline perdirent la vie tel qu' Arthur SHERMAN et James PACEY, qui reposent depuis au cimetière Américain Rhône de Draguignan.

C'est également à cet endroit que Gary rencontra l'un des éclaireurs français enrôlé de la résistance au sein du 517e régiment pour la durée de la guerre en tant que volontaire il se nommai Paul CONDRILLIER. Avant la guerre, il était un célèbre conducteur de voiture et Gary passait du bon temps avec lui quand ils n'était pas au combat sillonnant la Côte d'Azur de Nice à Monte-Carlo à bord de son bolide.

 

Lorsque la colline 1098 tomba, après un mois de durs combats, Gary fut un des homme qui fit le nettoyage des abris et il pris comme souvenir la paire de jumelles allemandes du poste d'observation. Il s'est rendu compte ce jour-là que des Allemands, enterrés comme des rats dans leurs abris, pouvaient lire les plaques d'identité des hommes du 517e à chaque mouvement à découvert.

Ils réussirent à venir à bout de cette position Allemands car ceux ci furent à court d'approvisionnement en munitions. Les tirs d'artillerie alliée côtière n'avaient eut aucun succès tellement la position était bien dissimulée.

Gary DAVIS  fit ensuite mouvement vers Sospel, la ville en contrebas de la colline 1098 et avec ses camarades de la compagnie F, furent les premiers à entrer dans la ville dans les derniers jours d'Octobre. Une ville vide à moitié détruite qui avait subi de lourd bombardement et de lourdes pertes civiles.

L'unité fut relevée par les troupes de la 1er division de la France libre, et envoyé par train à Soisson avant d'entamer à l'automne la terrible bataille des Ardennes où il sera blessé à nouveau à la jambe, et aura les pieds gelés à cause du terrible froid de l'hiver 1944-45.

French croix de guerre award and fouragère Gary DAVIS jacket.
French croix de guerre award and fouragère Gary DAVIS jacket.

The F company mission was in this area of Italian border was to attack and take a german observation post on a small hill elavated about 1098 meter. More know by the people of the region as Cime de Ventabren this hill will became soon for the men of the 517th a part of hell.

That was on the first week of september. During one of the first attack Gary have been wounded on his shoulder by a shrapnel. Unfortunatly, some of his best friends were less lucky on that hill and have been killed in action, like  Arthur SHERMAN and James PACEY,  burried at Rhone cemetery of Draguignan.

This is also in this place that Gary met one of the french scout enlisted from the free french forces in the 517th regiment for duration of the war as volonteer named Paul CONDRILLIER. Before the war he was a famous car driver and Gary had good time with him when they were out of the combat line driving along the coast of the riviera to Monte Carlo.

When Hill 1098 fall down, after a month of terribles fights, Gary took as a souvenir the german binocular from the observation post. He realised that day that germans, burried in the ground under cover were able to read their dog tags as soon as 517th men were moving on a attack . they finaly rid of the germans because they were without amunition supply when the last one surrender. 

Gary DAVIS moved down to Sospel, the city bellow hill 1098 and with his friends of F company were the first entering in the town on the last days of October. They entered in a empty city, half destroyed and unfortunatly with many civilian killed during the fire fights.

He then moved by train to Soisson and start at the fall 1944 the terrible battle of the bulge where he get wounded a other time on his leg, and had frozen feet due to the terrible cold winter 1944-45.

 

Before Gary came back we made some research and surprised him to visit Paul CONDRILLIER daughter on the same house he was in Nice during WWII.
Before Gary came back we made some research and surprised him to visit Paul CONDRILLIER daughter on the same house he was in Nice during WWII.
Bar medals, parachute wings and combat infantry badge on Gary DAVIS jacket
Bar medals, parachute wings and combat infantry badge on Gary DAVIS jacket


Après 30 mois de combat, il retournera aux États-Unis et sera libéré de l'armée le 16 octobre 1945 au fort Lewis. WASHINGTON. Ses documents mentionnent :

"Gary DAVIS était un grand éclaireur pour son peloton d'infanterie. Il a obtenu de nombreuses informations concernant la force, la disposition et l'intention probable des forces ennemies. Il a opéré à pied, appliquer ses missions de reconnaissance et de patrouilles  sur le terrain à la recherche de signes d'activité ennemie. Lit des cartes, fait des croquis et utilise une boussole et des lunettes . Profitant d'une parfaite utilisation des armes blanches... »

 

Après la guerre, il a passé la majeure partie de sa vie à Spokane, dans l'État de Washington, où il était un fervent sportif et athlète, jouant de tout ce qu'il pouvait aimer, et bien sûr chasser. Il était également un artiste très talentueux, travaillant comme graphiste pour le Bon Marche et la MSA Advertising Agency en tant que directeur artistique, prenant sa retraite à 64 ans.

Les années qui passaient et la dégénérescence maculaire ont hélas dégradé sa vue, l'obligeant à abandonner l'art, la lecture et la conduite.

Il appréciait son association de vétérans, celle du 517th Parachute Regiment Combat Team auprès duquel il avait sauté et combattu dans le sud de la France le 15 août 1944. L'amitié qu'il a nouée avec l'armée s'est perpétuée jusqu'à son dernier jour. Il participait aux réunions annuelles pour se retrouver  et partager les bons souvenirs avec ses anciens frêres d'armes.

C'était un vétéran fier d'une simplicité et une modestie caractéristique de tous ces héros. Gary L. DAVIS nous as quitté le 27 octobre 2008.

 

Nous avons eu le grand privilège de le rencontrer pour la première fois en 1999 en Géorgie, et à partir de ce jour est né une relation et une amitié que personne, sauf les membres d'une famille, ne peut comprendre. Nous sommes devenus pour lui un membre de sa propre famille et nous avons ressenti la même chose. C'est par notre rencontre,

qu'il décida de revenir dans le sud de la France avec sa femme Jeanne et ses 2 filles Mélanie et Christiane.

Il nous avait confié que la première raison était  :

"cette colline et les combat que nous avons menés dans cet enfer reviens dans mes cauchemars toutes les nuits depuis, il fallait que je revienne, juste la revoir une dernière fois et réaliser que ce n'était pas qu'un rêve ..merci de tout ce que vous avez fait pour moi.."

Quand Gary est décédé, il souhaitait avoir ses cendres soient dispersées sur cette colline qui fut un enfer pour lui et ses frères d'armes. Nous avons fait une petite plaque pour honorer sa mémoire et la mémoire des valeureux parachutistes du 517ème régiment de l'armée des Etat Unis tombés sur cette colline pour notre liberté.

repose en paix Gary.

 

Gary DAVIS military medals  include Bronze star and purple heart
Gary DAVIS military medals include Bronze star and purple heart

After 30 month of combat, he went back to united states and was discharged on the 16 of October 1945 at fort Lewis. WA. Discharge documents mention : 

Gary DAVIS was a great scout for his infantry platoon . He obtained many informations concerning strenght, disposition, and probable intention of enemy forces. He operated on foot, applying scouting and patrolling principale searching terrain for signs of enemy activity. Reads maps, made sketches, andused compass and field glasses. Proficiant in use of hand weapons.. »

 After the war he spend most of his life in Spokane, Washington State, where he was a avid sportsman and athlete, playing anything he could chase, kick, throw, hit, ride on or ride behind and of course hunting. He was also a very talented artist, working as a graphics designer for the Bon Marche and the MSA Advertising Agency as art director, retiring at age 64. 

Passing years and macular degeneration took hos eyesight, forcing him to give up the art, reading and driving. He enjoyed his association with the old army unit, the 517th Parachute Regiment Combat Team that jumped in Southern France on the 15th of august 1944. The friendship he made in the Army have carried over to his last day. They have yearly reunions to meet and share the good memories thay have of that tome when they were all too young to be scared. He was a very proud military veteran.  Gary L. DAVIS passed away on october 27, 2008. 

We had the great privilege to meet Gary for the first time in 1999 in Georgia, and from that day born a relation that nobody exept family members can understand. We became for him member of his own family and we felt the same. Because of our meeting, he decided to come back to Southern France with his wife Jeanne and his 2 daughters Melanie and Christiane. 

He told us the first reason was .. ; " this hill and the combat we had came in my nightmares every night since, it is necessary for me to come back,  just see it one last time and feel that it was not just a dream..

When Gary passed away he wished to have his ashes up on that hill who have been hell for him and his brothers in arms. We made a plaque to honore  his memory and the memory of the glorious men of the 517th parachute infantry combat team fallen on that hill for our freedom. 

Rest in peace Gary, love for ever.

New generation all together to honnor him on 1098.
New generation all together to honnor him on 1098.

Écrire commentaire

Commentaires: 0