517th Parachute Regimental Combat Team

ACTIVATION AND TRAINING

The story of the 517th Parachute Regimental Combat Team begins with the activation of the 17th Airborne Division on March 15, 1943.  The Division's parachute units were the 517th Parachute Infantry Regiment, the 460th Parachute Field Artillery Battalion and Company C, 139th Airborne Engineer Battalion.  The 517th was at Camp Toccoa, Georgia; the 460th and C/139 were at Camp Mackall, North Carolina.

 

For the next several months, all men volunteering for parachute duty at induction stations throughout the United States were sent to Camp Toccoa.  The 517th was charged with screening the volunteers and assigning those qualified to either infantry, artillery or engineers. Officers of the 460th and C/139 were placed on temporary duty at Toccoa to help with the screening, and men assigned to those units were sent to Camp Mackall. 

 

As units filled up, they were to be given basic training at their home stations and then sent for parachute qualification to Fort Benning, Georgia.  After jump training, all units, including the 517th would join the 17th Airborne at Camp Mackall.

 

Receiving and screening one to two hundred men a day was a pretty big order for the 517th.  On activation, the regiment had a total strength of nine officers, headed by newly appointed commanding officer Lt. Col. Louis A. Walsh, Jr.  They were joined three days later by the "cadre" under command of Major William J. Boyle, bringing the regiment's strength to about 250.

 

Through the spring of 1943 trains arrived at Toccoa daily with contingents of 50 to 150 men; each group was met at the station and trucked to the parade ground where a 34-foot-tall parachute "mock tower" had been erected.  Lieutenant John Alicki, favored by fortune with a rugged appearance, greeted them with a blood-and-guts speech intended to scare off the timorous.

 

"In" and "Out" platoons were formed, those who survived the mock tower went to the "In" platoon for further screening. This consisted of a medical examination by Regimental Surgeon Paul Vella and his staff, followed by an interrogation by their potential officers as to why they has applied for parachute duty. Many answers were interesting and some hilarious.

 

A few had been advised by doctors to take up parachuting to help overcome their fear of heights. Some with criminal records had been told their slates would be wiped clean.  Those failing the screening process were sent to the "Out" platoon and the balance assigned to units.  As men assigned to the artillery and engineers moved to Camp Mackall the infantry began basic training.  

 

Military organizations are strongly influenced by the character of their commanders.  Because of its isolation and greenness, this was particularly true of the 517th.  At age 32, Louis Walsh was young, cocky and aggressive.  He had been with the Airborne since its earliest days and had spent three months as an observer with U.S. forces in the Southwest Pacific.  Having seen combat in its most primitive form under atrocious conditions, he was determined to prepare the 517th to survive, fight and win under any circumstances. To reach this goal Colonel Walsh set extremely high standards. Physical conditioning was paramount.

L'histoire du 517ème PRCT commence avec l'activation de la 17ème division aéroportée le 15 mars 1943. Les unités aéroportées de la division etaient le 517ème régiment d'infanterie aéroporté, le 460ème bataillon d'artillerie de campagne aéroporté et la compagnie C du 139ème bataillon de génie aéroporté. Le 517ème était stationé au camp Toccoa, en Géorgie; les 460ème et C / 139 se trouvaient au camp Mackall, en Caroline du Nord.

 

Au cours des mois qui ont suivi, tous les hommes volontaires pour les troupes aéroportées des bureaux d'enrolement à travers les États-Unis sont envoyés au camp Toccoa. Le 517ème est chargé de filtrer les volontaires et d'affecter ceux qualifiés à l'infanterie, à l'artillerie ou aux ingénieurs. Les officiers du 460e et du C / 139 sont affectés temporairement à Toccoa pour aider à la sélection, et les hommes affectés à ces unités sont envoyés au camp Mackall.

 

Une fois les unités complètes, elles doivent suivre un entraînement de base à leur poste d'attache, puis être envoyées pour une qualification en parachute à Fort Benning, en Géorgie. Après l’entraînement au saut, toutes les unités, y compris la 517e, rejoindront la 17e division aéroportée du camp Mackall.

 

Recevoir et sélectionner entre un et deux cents hommes par jour était une tâche difficile pour le 517ème. Lors de l'activation, le régiment avait un effectif total de neuf officiers, dirigé par le lieutenant-colonel Louis A. Walsh, Jr., commandant nouvellement nommé. Ils étaient rejoints trois jours plus tard par les 'cadres' sous le commandement du major William J. Boyle, portant la force du régiment à environ 250.

 

Au printemps 1943, des trains arrivaient chaque jour à Toccoa avec des contingents de 50 à 150 hommes; chaque groupe était accueilli à la station et transporté par camion jusqu'au lieu de rassemblement où une 'tour factice' de 34 pieds de haut avait été érigée. Le lieutenant John Alicki, aidé par une apparence brute de naissance, les salua avec un discours sanglant destiné à effrayer les recrues.

 

Les pelotons 'In' et 'Out' ont été formés, ceux qui ont survécu à la tour factice se sont rendus au peloton 'In' pour un examen plus approfondi. Cela comprenait un examen médical par le chirurgien régimentaire Paul Vella et ses collaborateurs, suivi d'un interrogatoire par leurs officiers potentiels sur les raisons pour lesquelles ils avaient demandé à rejoindre les troupes aéroportées. Beaucoup de réponses étaient intéressantes et certaines hilarantes.

 

Des médecins avaient conseillé à quelques-uns de se lancer dans le parachutisme pour surmonter leur peur du vertige. Certains avec des casiers judiciaires avaient été informés que leurs ardoises seraient nettoyées. Ceux qui ont échoué au processus de sélection ont été envoyés au peloton 'Out' et la balance à été attribuée entre les unités. Alors que les hommes affectés à l'artillerie et aux ingénieurs s'installaient au camp Mackall, l'infanterie commençait l'entraînement de base.

 

Les organisations militaires sont fortement influencées par le caractère de leurs commandants. En raison de son isolement , cela était particulièrement vrai au 517ème. À 32 ans, Louis Walsh était jeune, audacieux et agressif. Il était dans l’Airborne depuis ses débuts et avait passé trois mois en tant qu’observateur auprès des forces américaines dans le Pacifique Sud-Ouest. Ayant vu le combat dans sa forme la plus primitive dans des conditions atroces, il était déterminé à préparer le 517ème à la survie, au combat et à la victoire, quelles que soient les circonstances. Pour atteindre cet objectif, le colonel Walsh a fixé des normes extrêmement élevées. Le conditionnement physique était primordial.


Each trooper was required to qualify as "expert" with his individual weapon, "sharpshooter" with another and "marksman" with all crew-served weapons in his platoon.

 

It had been planned to fill the battalions in numerical sequence.  By the end of April, Major Boyle"s lst Battalion was almost complete. At the end of the following month Major Seitz" 2nd Battalion was pretty well on its way.  By late June or early July, while Major Zais" 3rd Battalion was still waiting for its first recruit, the flow of volunteers to Toccoa was suddenly turned off.  It was announced that the 3rd Battalion would be filled with Parachute School graduates who had already completed basic.

 

In late summer an advance detail staked out a claim at Camp Mackall and the regiment moved to Fort Benning for parachute training. The 517th breezed through jump school with no washouts, setting a record that has endured to this day. School Commandant General Ridgely said that the 517th"s Battalions were without equal in discipline and effectiveness - which says a great deal for Colonel Walsh"s selection and training methods. The 517th troopers were the first to wear the steel helmet in jump training; until then a modified football helmet had been used.  On completion of jump training the lst and 2nd Battalions moved on to Mackall while the 3rd remained at Benning to complete fill-up.

 

Camp Mackall was not much different from Toccoa, but bigger on level ground.  Everyone was quartered in the same one-story, uninsulated "hutments" heated with coal stoves. The 17th Airborne was big on athletics, and the 517th shook it up a little by fielding football and boxing teams that won Division Championships.

 

One day an inspection team from Headquarters Army Ground Forces arrived at Camp Mackall to test the regiment"s physical fitness.  Using more-or-less scientific statistical sampling methods, men and units were selected and put through their paces.  Individuals took the Physical Fitness Test consisting of pull-ups, push-ups, and other weird calisthenics done against time.  Platoons and companies were chosen to run and march, with and without equipment, for various distances.  When all was done, the results were analyzed and announced.  The 517th had taken first, second and third place in all tests and events, scoring higher than any unit tested before or since.

 

Through the fall the regiment conducted unit training -- tactical exercises for the squad, platoon, company and battalion. Effort was made to conclude each phase of training with a parachute jump.  Sometimes jumps had to be cancelled because of weather or lack of airplanes, but men and units averaged one per month.

 

In February, the regiment moved to Tennessee to take part in maneuvers being conducted by Headquarters Second Army.  The "Tennessee Maneuvers" were a sort of little practice war that went on year-round.  Participation in the Tennessee Maneuvers was supposed to be the final test before a unit could be pronounced combat-ready.

 

One cold day in March when all were shivering and knee-deep in mud, it was announced that the parachute elements of the 17th Airborne Division were being pulled out for overseas shipment as the 517th Regimental Combat Team. So, from the mud of Tennessee, the 517th PRCT emerged. The parachute units were hastily shipped back to Camp Mackall to prepare for overseas movement.

Chaque soldat devait être qualifié d ''expert' avec son arme individuelle, de 'tireur d'élite' avec une autre et avec toutes les armes collectives du peloton.

 

Il avait été prévu de remplir les bataillons par ordre numérique. À la fin du mois d’avril, le premier bataillon du major Boyle était presque achevé. À la fin du mois suivant, le 2e bataillon du major Seitz était sur la bonne voie. À la fin du mois de juin ou au début du mois de juillet, alors que le 3e bataillon du major Zais attendait toujours sa première recrue, l’afflux de volontaires à Toccoa a été soudainement interrompu. Il a été annoncé que le 3e bataillon serait composé d'hommes déja diplômés de l’école de parachutisme et de l'entrainement de base.

 

À la fin de l’été, l'ordre est donné de quitter le Camp Mackall , le régiment est transféré à Fort Benning pour un entraînement en parachute. La 517ème franchi sans difficulté l’école de sauts, établissant un record à ce jour. Le commandant des écoles, le général Ridgely, a déclaré que la discipline et l’efficacité des bataillons du 517ème étaient sans égal - ce qui en dit long sur les méthodes de sélection et d’entraînement du colonel Walsh. Les hommes du 517e ont été les premiers à porter le casque en acier lors de l'entraînement au saut; jusque-là, un casque de football modifié avait été utilisé. À la fin de l'entraînement au saut, les 1er et 2e bataillons retournent à Mackall, tandis que le 3e reste à Benning pour completer ses rangs.

 

Le camp Mackall n'était pas très différent de Toccoa, mais plus grand sur un terrain plat. Tout le monde était logé dans les mêmes 'baraquements' à un étage et non isolés chauffés au poêle à charbon. La 17ème Airborne était douée en athlètisme et la 517ème l'a un peu secouée en alignant des équipes de football et de boxe qui ont remporté le championnat de division.

 

Un jour, une équipe d’inspection des forces terrestres du quartier général est arrivée au camp Mackall pour tester la condition physique du régiment. Des méthodes d’échantillonnage statistique plus ou moins scientifiques ont été utilisées pour sélectionner les hommes et les unités. Ils ont ensuite subi des tests de mise en forme. Test comprenant des tractions, des pompes et d’autres exercices de gymnastique étranges effectués dans le temps, des pelotons et des compagnies étant choisis pour la course à pied, avec ou sans équipement, sur différentes distances, les résultats ont ensuite été analysés et annoncés. Le 517ème avait pris les première, deuxième et troisième places dans tous les tests et toutes les épreuves, obtenant un score supérieur à celui de toutes les unités testées auparavant ou depuis.

 

A l'automne, le régiment a dirigé l'entraînement de l'unité - exercices tactiques pour le groupe, le peloton, la compagnie et le bataillon. Des efforts ont été déployés pour terminer chaque phase de l’entraînement par un saut en parachute. Parfois, les sauts devaient être annulés à cause du mauvais temps ou du manque d’avions, mais en moyenne chaque homme effectué un saut par mois.

 

En février, le régiment est déplacé vers le Tennessee pour prendre part aux manœuvres conduites par le quartier général de la Deuxième armée. Les «manœuvres du Tennessee» étaient une sorte de petite guerre d’entraînement pratiquée toute l’année. La participation aux manœuvres du Tennessee était censée être le dernier test à effectuer avant qu'une unité puisse être déclarée prête au combat.

 

Un jour froid de mars alors que tous frissonnaient dans la boue, il a été annoncé que les éléments aéroportés de la 17e division étaient retenus pour partir à l'étranger en tant que 517e régiment de combat. Ainsi le 517ème PRCT sorti de la boue du tennessee. Les unités aéroportées ont été rapatriées à la hâte au camp Mackall pour se préparer au départ vers l'étranger.


The 460th Parachute Field Artillery Battalion, with an authorized strength of 39 officers and 534 enlisted men, consisted of a headquarters and four firing batteries, each with four 75mm pack howitzers.  The 75 threw a 13.9-pound shell for a maximum range of 9,650 yards.  The 75 broke down in to seven pieces for parachute drop.

 

Company C, 139th Airborne Engineer Battalion, was redesignated the 596th Airborne (Parachute) Engineer Company.  The 596th had a company headquarters and three platoons with an authorized strength of eight officers and 137 enlisted men. The engineers were lightly armed and equipped, but highly trained in their missions of construction and destruction.

 

The 517th RCT received no special augmentation to allow it to function as a separate unit.  It was expected to operate as a small division.

 

On return to Camp Mackall, all efforts were concentrated on preparation for overseas movement.  In the midst of this activity, the word spread one day that Colonel Walsh had been relieved.  It was a real shock to 517th troopers.  But in the Army, as elsewhere, life must go on.  Colonel Walsh"s successor was Lt. Col. Rupert D. Graves, USMA "24, who came from command of the 551st Parachute Infantry Battalion.

 

In early May, the RCT components staged through Camp Patrick Henry near Newport News, Virginia.  On May 17th the troopers climbed the gangplanks for their great adventure.  The 517th boarded the former Grace liner Santa Rosa, while the 460th and 596th loaded onto the Panama Canal ship Cristobal.

Le 460ème bataillon d'artillerie de campagne aéroporté, doté d'un effectif de 39 officiers et de 534 soldats, se composait d'un quartier général et de quatre batteries de tir, disposant chacun de quatre obusiers de 75 mm. Le 75 tire des obus de 13,9 livres pour une portée maximale de 8.5km. Le 75 est démonté en sept morceaux pour le largage en parachute.

 

La compagnie C, du 139ème bataillon du génie aéroporté, a été redésignée comme la 596ème compagnie du génie aéroportée (parachutiste). Le 596ème avait un quartier général de compagnie et trois pelotons avec un effectif de huit officiers et 137 hommes. Les ingénieurs étaient légèrement armés et équipés, mais hautement qualifiés dans leurs missions de construction et de destruction.

 

Le 517ème RCT n'a reçu aucune augmentation spéciale d'effectif lui permettant de fonctionner comme une unité séparée. Il devait fonctionner comme une petite division.

 

De retour au camp Mackall, tous les efforts étaient concentrés sur la préparation du départ vers l’étranger. Au milieu de cette activité, la rumeur courut que le colonel Walsh avait été relevé de ses fonctions. Ce fut un véritable choc pour les 517e aéroporté. Mais dans l'armée comme ailleurs, la vie doit continuer. Le successeur du colonel Walsh était le lieutenant-colonel Rupert D. Graves, USMA classe 1924, issu du commandement du 551e bataillon d'infanterie aéroporté.

 

Début mai, les composantes du RCT ont été organisées dans le Camp Patrick Henry, près de Newport News, en Virginie. Le 17 mai, les soldats ont escaladé les passerelles pour leur grande aventure. Le 517ème embarque à bord de l'ancien paquebot SS Santa Rosa, tandis que les 460ème et 596ème embarquent sur le navire du canal de Panama l'USS Cristobal.


THE ITALIAN CAMPAIGN

One dark night the ships slipped through the Straits of Gibraltar and it became obvious that the destination was Italy.  This idyll came to an end when the Santa Rosa and Cristobal docked at Naples on May 31st.  The troopers filed down gangplanks into waiting railroad cars and were carried to a staging area in the Neapolitan suburb of Bagnoli.  En route, Colonel Graves was handed an order directing the RCT to take part in the attack from Valmontone to Rome the next day.  The 517th was ready to go, but since crew-served weapons, artillery and vehicles had been loaded separately it would have to be with only rifles.  After this was pointed out, the order was cancelled and the RCT moved on to "The Crater."  

 

Gradually weapons and vehicles arrived.  On June 14th the outfit struck tents, stowed away extra gear and moved to a beach to wait for LSTs to carry it to Anzio.  The troopers filed aboard, were handed C-rations, and told to make themselves comfortable anywhere they could find space on the crowded decks.  In the evening, the ships raised ramps, backed out into the channel and headed north.  During the night the RCT's destination was changed.  At midday the LSTs put in at bomb-wracked Civittavecchia, dropped ramps and the troops marched off to bivouac several miles inland.

 

The RCT was attached to Major General Fred L. Walker's 36th Infantry Division, which under IV Corps was operating on the left of Fifth Army.  A long truck ride and a short foot march on the 17th of June brought the units south of Grosseto.  Colonel Graves was handed an overlay marked with zones, Objectives and phase lines. The regiment was to join the division's advance north from Grosseto the next day.

 

At daylight on June 18th, the rifle battalions filed through Grosseto heading north-east on Highway 223. Mechanized cavalry had reportedly been through the area and found it clear, but the leading company of Major Boyle's 1st Battalion ran into a storm of machine gun fire as it entered the Moscona Hills. The troopers fanned out, took cover and returned fire. The Germans held a group of farm buildings in a small valley. With a platoon of B Company attached, C Company moved to the ridge overlooking the farm and opened fire. Enemy machine gun fire clipped leaves from a hedgerow; within a few minutes 10 C Company men were hit.

 

Colonel Graves had received no word from the 1st Battalion, but its predicament was obvious. He committed Lt. Col. Dick Seitz' 2nd Battalion to envelop the enemy from the right and sent I Company from the 3rd Battalion to protect the western flank. Battalion 81mm mortars and 460th guns opened up. Under this fire and with pressure on their front and flank, the Germans pulled out.

 

In the early afternoon the advance was resumed. At twilight the battalions took up rough perimeters and halted for the night. On the east I Company had become trapped in a minefield under machine gun fire. It was extricated after dark.

 

In its all-important first day of combat, the regiment suffered 40 to 50 casualties but inflicted several times that number upon the enemy. The next seven days were spent in almost continuous movement. The Germans tried to make an orderly withdrawal while the Americans pressed them hard. For the 460th the period was a continuous, 24-hour-a-day operation. Gun batteries continually leap-frogged each other; usually two batteries were in position while the other two were moving forward. The principle chore of the 596th Engineers was road reconnaissance and mine-sweeping.

Charles PUGH, 596th engineer in Italy
Charles PUGH, 596th engineer in Italy

Une nuit noire, les navires ont traversé le détroit de Gibraltar et il est devenu évident que la destination était l'Italie. Cette idylle a pris fin lorsque Santa Rosa et Cristobal ont accosté à Naples le 31 mai. Les soldats ont sautés des passerelles dans des wagons de chemin de fer, en attente, et ont été transportés dans une zone de stationnement intermédiaire dans la banlieue napolitaine de Bagnoli. En route, le colonel Graves reçut un ordre ordonnant au RCT de prendre part à l'attaque de Valmontone à Rome le lendemain. Le 517ème était prêt à partir, mais comme les armes, l'artillerie et les véhicules fournis par l'équipage avaient été chargés séparément, il ne faudrait utiliser que les armes individuelles. Après que ce problème ait été signalé, l'ordre a été annulée et le RCT à continué sa route vers 'The Crater'.

 

Peu à peu, les armes et les véhicules sont arrivés. Le 14 juin, le RCT rejoint les tentes, range le matériel  et se rend sur une plage pour attendre que les LST les transportent à bord. Une fois embarqués, les hommes reçoivent des rations C et se mettent à l'aise partout où ils peuvent trouver de la place sur les ponts bondés. Dans la soirée, les navires ont levé des rampes, sont revenus dans le chenal et se sont dirigés vers le nord. Au cours de la nuit, la destination du RCT a été changée. Vers midi, les LST ont débarqué à Civittavecchia, une ville dévastée par les bombes, les rampes des barges sont larguées et les troupes sont mises en bivouac à plusieurs kilomètres à l’intérieur des terres.

 

Le RCT est rattaché à la 36ème division d’infanterie du général de division Fred L. Walker, sous le comandement du IVe Corps qui opère à gauche de la Cinquième Armée. Un long trajet en camion et une courte marche à pied le 17 juin amenent les unités au sud de Grosseto. Le colonel Graves reçoit une superposition indiquant les zones, les objectifs et les lignes de phase. Le régiment doit rejoindre l’avance de la division au nord de Grosseto le lendemain.

 

Le 18 juin, à la lumière du jour, les bataillons d'infanterie traversent Grosseto en direction du nord-est de l’autoroute 223. La cavalerie mécanisée aurait traversé la zone et l’aurait trouvée dégagée, mais la compagnie en tête du 1er bataillon du major Boyle se heurta à des tirs soutenus de MG 42, les soldats se se mirent à couvert et ripostèrent par des tirs sur les positions ennemies. Les Allemands tenaient un groupe de bâtiments et de fermes dans une petite vallée.Avec un peloton de la compagnie B, la compagnie C s'est déplacée vers la crête surplombant la ferme. Une mitrailleuse ennemie se mis a tirer et coupa les feuilles d’une haie; en quelques minutes, 10 hommes de la compagnie C ont été touchés.

 

Le colonel Graves n'avait reçu aucune nouvelle du 1er bataillon, mais sa situation était évidente. Il engagea le 2e Bataillon du lieutenant-colonel Dick Seitz à envelopper l'ennemi par la droite et envoya la compagnie I du 3e bataillon protéger le flanc gauche. Des obus de mortiers de 81 mm et les 75mm Howitzers du 460e ouvrirent le feu. Sous ce feu et avec une pression sur leur front et sur le flanc, les Allemands se replièrent.

 

Au début de l'après-midi, l'avance a été reprise. Au crépuscule, les bataillons ont pris des périmètres difficiles et se sont arrêtés pour la nuit. À l'est, la compagnie était tombée dans un champ de mines sous le feu d'une mitrailleuse. Il a été dégagé après la tombée de la nuit.

 

Au cours de sa première journée de combat, le régiment a subi 40 à 50 pertes, mais a infligé plusieurs fois ce nombre à l'ennemi. Les sept jours suivants ont été passés dans un mouvement presque continu. Les Allemands ont essayé de se retirer de manière ordonnée pendant que les Américains les pressaient. Pour le 460e, l'opération était continue, 24 sur 24 . Les batteries d'armes à feu continuaient à tirer les unes après les autres. en général deux batteries de canon étaient en place tandis que les deux autres allaient de l'avant. La principale tâche du 596th Engineers était la reconnaissance de la route et le déminage.


"D" Battery , 460th Field Artillery Battalion , Italy 1944 / Captain George SCHNEBLI commanding officer.
"D" Battery , 460th Field Artillery Battalion , Italy 1944 / Captain George SCHNEBLI commanding officer.

On June 19th the 2nd Battalion captured the hilltop village of Montesario. On the left the 3rd Battalion moved through Montepescali against light resistance, going on to take Sticciano with 14 prisoners. The RCT bivouacked overnight June 22-23 on a ridgeline south of Gavarrano. Next morning the RCT moved across the Piombino Valley and closed into all assembly area behind the 142nd Infantry. On June 24th the 2nd Battalion entered the eastern outskirts of Follonica under heavy artillery and Nebelwerfer fire.

 

During the night of June 24-25 the 3rd Battalion made a long infiltration, emerging next morning on high ground over-looking the dry stream bed of the Cornia River. At 0800 the 1st Battalion passed through the 3rd to seize Monte Peloso, dominating a broad valley with the town of Suvereto about a mile north on the far side. The attack was preceded by a heavy artillery barrage fired by 36th Division Artillery under 460th direction.

 

Moving in column along the dry stream bed, 1st Battalion met minor delays as skirmishers with "burp guns" fought to slow the advance. Under cover of a smoke screen laid down by 1st Battalion's 81mm Mortar Platoon, one company moved west in a shallow envelopment to the left. PFC Carl Salmon silenced a machine gun with rifle fire, and troopers rushed the hill. The enemy force had been a detachment of the 29th SS Panzer Grenadier Division. The remainder of the battalion came forward and the position was consolidated.

 

Enemy artillery fire continued heavy on Monte Peloso through the night. A haystack on the crest had caught fire during the afternoon. After dark it became an aiming point for the German artillery. While the 1st Battalion had been taking Monte Peloso, Colonel Graves had been studying the terrain to the north. It was ideal for defense, with steep hills over-looking broad open fields. In the distance he saw Tiger tanks moving around. Graves estimated that there would also be minefields with which to contend. The colonel was planning a night attack to Suvereto. However, the 517th went into IV Corps reserve and remained in that status until early July.

 

The 517th had been sent to Italy in response to a Seventh Army request for airborne troops for ANVIL, the invasion of Southern France. Troops had been withdrawn from the line (including 517th's) and air and naval forces were assembling.

 

On July 2nd the Combined Chiefs of Staff issued a directive to the CINC Mediterranean to go ahead with ANVIL (renamed DRAGOON) on 15 August. As a by-product of this directive the 517th RCT was released from IV Corps and moved to join the First Airborne Task Force in the Rome area.

Monte Peloso, Italy
Monte Peloso, Italy

The German Nineteenth Army was along the Mediterranean coast. Four divisions and a corps headquarters were west of the Rhone. East of the Rhone the LXII Corps at Draguignan had a division each at Marseilles and Toulon and one south-west of Cannes. There were an estimated 30,000 enemy troops in the assault area and another 200,000 within a few days march.

 

The planners decided early that an airborne force of division size would be needed. Since there was none in the Mediterranean, a force of comparable size would have to be improvised. In response, the 517th RCT, 509th and 551st Parachute Battalions and the 550th Airborne Battalion were provided. Other units in Italy were designated "gliderborne" to be trained by the 550th and the Airborne Training Center. By early July the concentration of airborne forces in the Rome area was almost complete. Two additional troop carrier wings totaling 413 aircraft were enroute from England.

 

H-Hour and D-Day were tentatively set for 0800, 15 August. The 517th RCT had been allocated 180 C-47 aircraft in four serials. The Combat Team was sealed off on August l0th. Maps, "escape kits" and invasion scripts were issued. During the last hours of daylight on the 14th, equipment bundles were packed, rigged and dropped off beside each plane. Around midnight the paratroopers formed by sticks and marched to their planes. After slinging the pararack bundles they fitted parachutes, adjusted weapons and equipment and climbed aboard. At 0100 on August 15th, 396 C-47 aircraft began turning over their engines. At 10-second intervals, planes taxied down dirt runways, lifted off and circled into formation.  

D Company, preparing the bundles, Italy, 14 August 1944
D Company, preparing the bundles, Italy, 14 August 1944

Le 19 juin, le 2e bataillon s'empare du village perché de Montesario. Sur la gauche, le 3ème bataillon traverse Montepescali se heurtant à une faible résistance ennemie, puis capture Sticciano en faisant 14 prisonniers. Le RCT bivouaque la nuit du 22 au 23 juin sur une ligne de crête au sud de Gavarrano. Le lendemain matin, le RCT traverse la vallée de Piombino et pénétre dans toute la zone de rassemblement derrière la 142ème Infanterie. Le 24 juin, le 2e bataillon entre dans la banlieue est de Follonica sous le feu de l'artillerie lourde et de Nebelwerfers.

 

Dans la nuit du 24 au 25 juin, le 3e Bataillon fait une longue infiltration et émerge le lendemain matin sur un terrain élevé surplombant le lit asséché de la rivière Cornia. À 8 heures, le 1er bataillon dépasse le 3ème pour saisir le mont Peloso, dominant une large vallée avec la ville de Suvereto à environ un kilomètre au nord de l'autre côté. L'attaque a été précédée par un barrage d'artillerie lourde tiré par la 36e Division d'artillerie sous les indications du 460e.

 

Se déplaçant en colonne le long du lit de la rivière à sec, le 1er Bataillon connait des retards mineurs, alors que des tireurs isolés avec des armes automatiques se battent pour ralentir la progression. Sous le couvert d’un écran de fumée posé par le peloton de mortier de 81 mm du 1er Bataillon, une compagnie se dirige vers l’ouest dans une enveloppe peu profonde. Le PFC Carl Salmon fit taire une mitrailleuse avec des tirs de fusil et des soldats se précipitèrent sur la colline. La force ennemie se composait d’un détachement de la 29e SS Panzer Grenadier Division, le reste du bataillon s’est avancé et la position a été consolidée.

 

Les tirs d'artillerie ennemies ont continué de tomber sur le mont Peloso toute la nuit. Une botte de foin sur la crête avait pris feu au cours de l'après-midi. À la nuit tombée, il devint un point de mire de l'artillerie allemande. Tandis que le 1er bataillon prenait Monte Peloso, le colonel Graves avait étudié le terrain au nord. C'était idéal pour la défense, avec des collines escarpées dominant de vastes champs ouverts. Au loin, il vit des chars tigres se déplacer. Graves a estimé qu'il y aurait également des champs de mines avec lesquels se disputer. Le colonel préparait une attaque de nuit à Suvereto. Cependant, le 517ème est entré dans la réserve du IVe Corps et est resté en réserve jusqu'au début juillet.

 

La 517ème avait été envoyée en Italie en réponse à une demande de la 7e armée pour une force aéroportée pour ANVIL/DRAGOON, l'invasion du sud de la France. Les troupes avaient été retirées de la ligne (y compris le 517e) et les forces aériennes et navales se rassemblaient.

 

Le 2 juillet, les chefs d'état-major interarmées ont adressé une directive au CINC Méditerranée de procéder à l'opération ANVIL (renommée DRAGOON) le 15 août. En tant que sous-produit de cette directive, le 517ème RCT a été libéré du IVe Corps et transféré pour rejoindre la First Airborne Task Force dans la région de Rome.

La 19ème armée allemande était le long de la côte méditerranéenne. Quatre divisions et un quartier général se trouvaient à l'ouest du Rhône. À l'est du Rhône, les corps de la LXII à Draguignan avaient chacun une division à Marseille et à Toulon et une au sud-ouest de Cannes. On estime à 30 000 le nombre de soldats ennemis dans la zone d'assaut et à 200 000 autres en quelques jours de marche.

 

Le commandement à rapidement décidé qu'une force aéroportée de la taille d'une division serait nécessaire. Comme il n'y en avait pas en Méditerranée, il faudrait improviser une force de taille comparable. En réponse, le 517ème RCT, les 509ème et 551ème bataillons de parachutistes et le 550ème bataillon aéroporté ont été fournis. En Italie, d’autres unités ont été désignées comme 'embarquées sur planeurs' pour être entraînées par le 550 e et le Centre de formation aéroporté. Début juillet, la concentration des forces aéroportées dans la région de Rome était presque terminée. Deux escadres supplémentaires de transport de troupes, représentant au total 413 aéronefs, étaient en route depuis l'Angleterre.

 

L'heure H et le jour J étaient provisoirement fixés à 8 heures le 15 août. Le 517ème RCT avait reçu 180 avions C-47 répartis en quatre séries. L’équipe de combat a été rassemblée le 10 août. Des cartes, des 'kits d'évasion' et des scripts d'invasion ont été distribués. Aux dernières heures du jour, le 14, des containers d'équipement ont été emballés, montés et déposés à côté de chaque avion. Vers minuit, les parachutistes se sont formés en sticks et se sont dirigés vers leurs avions. Après avoir chargé les containers, ils se sont équipé de leur parachutes, ont ajusté leurs armes et le matériel et sont montés à bord. Le 15 août à 01h00 heures, 396 avions C-47 ont commencé à faire tourner leurs moteurs. À intervalles de 10 secondes, des avions empruntaient des pistes en terre battue, se soulevaient et tournaient en formation.


OPERATION DRAGOON / SOUTHERN FRANCE

Radio beacons would guide the serials from Elba to the northern tip of Corsica. From there, radar and Navy beacon ships would lead them to Agay, where each serial should descend to 1,500 feet, slow to 125 miles per hour, and home-in on its drop zone by beacons and lights to be put out by pathfinder teams. Each plane carried six equipment bundles in pararacks beneath its belly.

 

Most of the pathfinders missed their drop zones. The 517th team dropped early at 0328. North of La Ciotat the aircrews dropped 300 parachute dummies and a large quantity of "rifle simulators" which went off in firecracker-like explosions as they hit the ground.

 

The four serials bearing the517th RCT began drops at 0430. First to arrive was Lt. Col. Dick Seitz' 2nd Battalion in Serial 6 flown by the 440th Group from Ombrone. Lt. Col. Mel Zais' 3rd Battalion was due next in the 439th Group's Serial 7 from Orbetello. The 460th Field Artillery (less Battery C) in Serial 8 with the 437th Group from Montalto fared better than the 3rd Battalion but not as well as the 2nd.

 

Twenty plane loads jumped early and were spread from Frejus to the west. Last in was Serial 9 at 0453, flown by the 435th Group from Canino with Major Boyle's 1st Battalion and Battery C of the 460th. One platoon of the 596th had dropped with the 509th. One platoon had dropped with the 2nd Battalion and one with the 3rd Battalion.

 

All told, only about 20 percent of the 517th RCT landed within two miles of the DZ. Regardless of where they landed the 517th troopers went to work with the tenacity and aggressiveness that characterized parachute outfits. The Germans were not anxious to tangle with the Allied paratroopers but nevertheless put up a stiff fight.

 

Actions throughout the next three days threw the Germans into a state of chaos. Enemy convoys were attacked, communication lines severed and German reinforcements were denied access to the beach landing areas. Towns and villages were occupied as troopers fought toward their objectives. Le Muy, Les Arcs, La Motte and Draguignan became names to remember.

460th troopers around the Drop Zones, August 1944
460th troopers around the Drop Zones, August 1944

Les radios Beacon des eclaireurs guideraient les séries de l'Elbe jusqu'à la pointe nord de la Corse. De là, les radars et les navires balises de la marine les conduiraient à Agay, où chaque série devrait descendre à 1 500 pieds, ralentir à 125 milles à l'heure, et rejoindre la drop zone grâce à des des balises et des lampes mises en place par des équipes d'éclaireurs. Chaque avion transportait six containers d'équipement dans des pararacks sous son ventre.

 

La plupart des éclaireurs ont raté leur zone de largage. L'équipe du 517th est larguée tôt à 03h28. Au nord de La Ciotat, les équipages ont largué 300 poupées parachutistes et une grande quantité de 'simulateurs de carabine' qui ont explosé sous la forme d’explosions de pétards au sol.

 

Les quatre séries portant le 517e RCT ont commencé à larguer les hommes à 4 h 30. Le premier à toucher le sol est le 2éme bataillon du lieutenant-colonel Dick Seitz, sérial numéro 6, transportés par le 440e troop carrier parti d'Ombrone. Le 3e bataillon du lieutenant-colonel Mel Zais, devait arriver juste après dans le sérial 7 du 439eme troop carrier parti d’Orbetello. Le 460ème artillerie de campagne (moins la batterie C) dans le serial 8 avec le 437ème troupe carrier de Montalto est tombé plus prés de la drop zone que le 3ème bataillon mais pas aussi bien que le 2eme bataillon.

 

Vingt avions ont sauté tôt et se sont dispersés de Fréjus jusqu'à l’ouest de la Drop zone aux alentours de Trans en Provence. Le dernier à toucher le sol est le serial 9 à 04h53, piloté par le 435e troop carrier parti de Canino avec le 1er bataillon du major Boyle et la batterie C du 460e. Un peloton du 596e à été largué avec le 509e. Un peloton est tombé avec le 2e bataillon et un avec le 3ème bataillon à proximité de Fayence.

 

En tout et pour tout, environ 20% seulement des 517e RCT ont atterri à moins de deux milles de la DZ. Quel que soit l'endroit où ils ont atterri, les hommes du 517ème ont agit avec la ténacité et l'agressivité qui caractérisent les troupes aéroportées. Les Allemands connaissaient la valeur de ces parachutistes et ne soihaiter pas combattre contre, mais ils se livrèrent néanmoins à un combat acharné.

 

Les actions menées au cours des trois jours suivant mirent les Allemands dans un état de chaos. Les convois ennemis ont été attaqués, les lignes de communication coupées et les renforts allemands n'ont pas eu accès aux zones de débarquement sur la plage. Les villes et les villages étaient occupés alors que les soldats se battaient pour atteindre leurs objectifs. Le Muy, Les Arcs, La Motte et Draguignan sont devenus des noms à retenir.


"F" Company troopers progressing between La Motte and Trans en Provence, August 15, 1944
"F" Company troopers progressing between La Motte and Trans en Provence, August 15, 1944

Part of the 3rd Battalion had proceeded toward Fayence shattering enemy lines and installations as they moved. Remaining troops of the 3rd Battalion assembled from Seillans, Tourettes and Callian. Those troops landing to the east of Tourettes were joined by troops of the British 2nd Independent Parachute Brigade. "The combined force annihilated a large German convoy speeding reinforcements to defensive positions near the beach.

 

Lt. Col. Boyle and a handful of 1st Battalion men made a gallant stand at Les Arcs. Remaining elements of the 1st Battalion captured assigned objectives.

 

The 460th Field Artillery, under Lt. Col. Ray Cato, had a bulk of its guns deployed and ready to fire by 1100.

 

The 2nd Battalion pushed through to join with the 1st Battalion as Germans began massing their forces on the outskirts of Les Arcs for an all-out counterattack. The 3rd Battalion completed a 40km forced march as the RCT consolidated. The team attacked all assigned German positions clearing the way for Allied beach forces to push toward the north.

 

The 1st Platoon of Capt. Bob Dalrymple"s 596th engineers had joined assault operations with elements of the 509th Parachute Battalion near Le Muy. The 2nd Platoon conducted operation south of Les Arcs. The 3rd Platoon had joined attack operations with 3rd Battalion.

 

By D+3, German opposition within the airhead had ceased. The 517th RCT was given a new mission.

Une partie du 3e bataillon s'était dirigée vers Fayence, détruisant les lignes et installations ennemies au fur et à mesure de leur déplacement. Les troupes restantes du 3ème bataillon sont rassemblées aux alentours de Seillans, Tourettes et Callian. Les troupes qui sautèrent à l'est de Tourettes furent rejointes par des troupes de la 2e brigade indépendante de parachutistes britanniques. La force combinée a annihilé un grand convoi allemand qui expédiait des renforts à des positions défensives près de la plage.

 

Le lieutenant-colonel Boyle et une poignée d'hommes du 1er bataillon ont fait face à une forte opposition aux Arcs. Les éléments restants du 1er Bataillon ont capturé les objectifs assignés.

 

Le 460ème d'artillerie de campagne, sous le comandement du lieutenant-colonel Ray Cato, a déployé une grande partie de ses canons et est prêt à tirer dès 11 heures le 15 Août.

 

Le 2e bataillon a tenté de rejoindre le 1er bataillon alors que les Allemands commençaient à regrouper leurs forces à la périphérie des Arcs pour une contre-attaque totale. Le 3ème bataillon a éffectué une marche forcée de 40 km pour rejoindre le gros du régiment à St Roseline. Le 517th a attaqué toutes les positions allemandes assignées pour permettre aux forces alliées de la plage de se déplacer vers le nord.

 

Le 1 er peloton des 596e ingénieurs du capitaine Bob Dalrymple avait participé aux opérations d’assaut avec des éléments du 509e bataillon de parachutistes près du Muy. Le 2 e peloton menait des opérations au sud des Arcs. Le 3 e peloton avait participé aux opérations d’attaque avec le 3 e Bataillon.

 

À J + 3, l’opposition allemande avait cessé. Le 517ème RCT a reçu une nouvelle mission.