· 

CIOFI Martino résistant FTPF camp Robert Aups.


Insigne du 4em régiment étranger du Maroc de Martino CIOFI
Insigne du 4em régiment étranger du Maroc de Martino CIOFI

insigne des Forces Françaises de l'intérieur de Martino CIOFI
insigne des Forces Françaises de l'intérieur de Martino CIOFI

 Martin CIOFI est né à Casole d'Elsa, Toscane, Italie le 22 décembre 1897 , secrétaire de la mairie de sa commune en Italie, il sera Bûcheron  et ouvrier agricole de profession

 

 mobilisé en 1914 comme soldat d'infanterie de guerre en Italie, il est venu en France à Aups dans le var avec sa femme Quintilia et son fils Brunero CIOFI alors âgé de 2 ans en 1926 afin d'échapper au régime fasciste et aux chemises noires de Mussolini.

il est également devenu secrétaire de l'Union populaire antifasciste italienne du canton d'Aups.

 

Arrêté comme antifasciste le 20 Octobre 1939 par la brigade secrète de Toulon sur dénonciation du chef de gendarmerie locale DELBOS, il est interné au Fort de Ste Catherine à Toulon , libéré le 20 Février 1940,  choix fait plutôt que d'être déporté, il s'engage dans la Légion Etrangère, au sein du 4em régiment Stationné au Maroc à Ouarzazat,

il y mène une mission de pacification, le régiment gagne ainsi la dénomination de « régiment du Maroc ».

Démobilisé le 20 Octobre 1940 , il regagne son village adoptif  d' Aups et deviens aussitôt un fervent agent de Propagande contre l' Allemagne Nazie et le régime de Vichy malgré une surveillance par la Gendarmerie.

Martin CIOFI entrera dans la résistance en Juillet 1943, dans le groupe de Charles Boyer,  l’un des créateurs du Comité local de résistance d’Aups et ancien conseiller général canton d'Aups qui fait partie du réseau de résistance Brutus.

 

 Avec son fils, il rentre rejoint le maquis Franc Tireur Partisan Français le 21 Mars 1944 comme chef de groupe au Camp Robert Pseudonyme de Louis Ginsenler, Matricule 61865.

 

Martino CIOFI est hélas à nouveau arrêté par les allemands et la milice dans la rafle du 02 Aout 1944 à Aups, interné au secret comme prisonnier de  droit commun, interrogé,

il n'a pas parlé sous la torture, et sera relâché le 10 Août pour manque de preuves de faisant partie d'un maquis

 

 De retour au camp Robert , il participera à des missions de sabotages et embuscades menées par le Maquis sur Aups et les environs ainsi qu'aux combats de Libération du secteur jusqu'à sa dissolution le 8 Septembre 1944.

Il sera Naturalisé français en 1946.

 

Il décédera à AUPS Var le 27 Avril 1968.

 

 





Merci à sa petite fille, Martine, VITA, CIOFI, pour son aide, ses documents et informations tirés de l'ouvrage biographie de son grand père Martino CIOFI, " Une chouette dans la nuit "

Écrire commentaire

Commentaires: 0