· 

GILLI Jean Adrien, Résistant O.R.A. 20em BCA Rhin Danube, Villars sur Var.

Jean GILLI est né le 20 avril 1924 à Villars sur Var, dans les Alpes maritimes. Il a 17ans quand la zone Sud est occupée, et il est envoyé aux chantiers de jeunesse Français à Cavaillon, Vaucluse.(un genre se service national instauré par le régime de Vichy pour les jeunes de sa classe). Durant 2 mois avant de comprendre qu'il coupait sans doute du bois et autres tâches pour le compte des allemands. Après quelques mois dans ces camps de travail, (coupe de bois, travaux de débroussaillage, travaux agricoles) Il prend un soir la décision de déserter ces chantiers avec deux de ses compagnons. Le matin a 6h il n y en a qu'un de ses camarades  qui est au rendez-vous devant les barbelés.

 



Au cours de leur fuite, ils croisent dans les montagnes de Cavaillon des maquisards. 

Ils fournissent des habits civils aux fugitifs. Les deux collègues se séparent et Jean GILLI rejoint Villars sur Var par le train des Pignes.

 A Digne un officier allemand SS en uniforme, est monté dans le train alors que Jean fume une Cigarette dans le couloir. L’officier est venu se mettre à côté de lui pour fumer près de la fenêtre. Il ne remarque pas que Jean, habillé en civil porte encore les chaussures militaires des chantiers de jeunesse

Arrivé à Villars, Jean se cache dans les bois au Nord du Village, au lieu dit Sarzit où depuis quelques mois, l’Abbé COEURET à mis en place et ravitaille un Maquis d’un centaine d’hommes. Les gendarmes le recherchent activement. Une enquête est menée auprès du père de Jean, à son domicile de la rue de la juterie. 

 

 

L'abbé COEURET sur sa moto, ravitaillement du Maquis. (sources résistance azuréenne)
L'abbé COEURET sur sa moto, ravitaillement du Maquis. (sources résistance azuréenne)


Les frères Georges et Robert FUNEL, tous deux morts pour la France.
Les frères Georges et Robert FUNEL, tous deux morts pour la France.

Pendant ses jours à Sarzit, Jean est témoin de l’arrestation, par un des frères FUNEL (dont une rue de Villars porte le nom des 2 frères morts entre 1944 et 1945) d' un homme accusé de collaboration. Échange de coups de feu entre les deux hommes, Jean se jette à terre. Le "collabo" est vaincu puis attaché avec de la vieille corde trainait par

Jean. Mr FUNEL le ramène sur Villars. On n'entendit plus parler de cet homme après que sa maison soit fouillée et des documents compromettants sont trouvés à son domicile.

 



Jean GILLI rejoint donc la Resistance et est envoyé sur le secteur de Peira Cava, dans un autre camp de maquisard. C’est là qu’il participe avec Victor GEAI de Villars à des opérations de combats dont une qu' il racontait souvent dont voici un extrait :

"J'étais en opération sur les hauteurs de Peira-Cava avec mon camarade Villarois Victor GEAI. Il était en train de mettre à toute vitesse la bande de cartouches à la mitrailleuse Américaine que nous avions car les allemands en face nous canardaient. Ce n'étaient pas de jeunes soldats et ils semblaient très aguerris aux combats. D'un seul coup une balle traçante vient faucher deux doigts de la main de mon ami Victor. De la façon dont nous étions disposés allongés au sol, j'ai compris que sa position avait empêché que la balle vienne se loger dans ma tête.

Victor perdait beaucoup de sang, un garrot de fortune fut fait. On l'a descendu à 4 sur la route. Une jeep américaine, avec 5 G.I se dirigeait à vive allure vers le lieu de l'attaque. Malgré tout, la Jeep ne voulut pas prendre Victor en charge, bien que nous soyons sur la route avec un blessé. Nous avons donc continués à pied le long du Turini.

Avant d'arriver au camp, nous avons recroisé cette Jeep. Seul le conducteur était vivant. Les 4 autres avaient été abattu par les allemands.. 

Hopital de campagne établi par les parachutistes du 509em bataillon à Peira-Cava e septembre 1944.
Hopital de campagne établi par les parachutistes du 509em bataillon à Peira-Cava e septembre 1944.
Camp de toiles de tentes du Turini. 1944.
Camp de toiles de tentes du Turini. 1944.


Carte de la campagne de Jean GILLI et de son parcours militaire dans la 1er division de la France Libre.Rhin et Danube.
Carte de la campagne de Jean GILLI et de son parcours militaire dans la 1er division de la France Libre.Rhin et Danube.

Le 21 octobre 1944, Jean est engagé volontaire pour la durée de la guerre. Il est affecté au 20 em Bataillon de Chasseurs à pieds. La jeunesse de Jean est similaire à celle de nombreux jeunes français qui pendant ou après leur service militaire firent le choix d'entrer en résistance plutôt que de servir l'ennemi. Du sang et des larmes, des souvenirs poignants habitaient ces valeureux bien au-delà de la guerre.

Jean GILLI sera démobilisé le 12 avril 1946.

 



Frères d'armes devenus amis pour la vie. Narcisse BAGATTIN, de Ste Tulle, et Jean GILLI à droite. 73 ans d'amitié.
Frères d'armes devenus amis pour la vie. Narcisse BAGATTIN, de Ste Tulle, et Jean GILLI à droite. 73 ans d'amitié.

Durant 73 ans, ils ont gardé une amitié née durant la campagne d'Allemagne .  Jean GILLI et Narcisse BAGATTIN sont morts à quelques jours d'intervalle. Narcisse est décédé le 31 octobre 2017 à Sainte-Tulle. Jean est décédé le 4 novembre 2017 à Nice, juste le temps de lui dire au revoir.