"LUCKY LADY" B24 turret ball door.

Aube du 25 Mai 1944, sur la base de Gioia del Colle en Italie, le Lucky Lady, un B-24 Liberator du 464ème Bomber Group de la 15ème Air Force s’élève dans le ciel italien pour sa neuvième mission.

Objectif : Bombardement des voies ferroviaires près Grigny, Givors au sud de Lyon.

Les premiers avions de la formation atteignent leur objectif et larguent les premières bombes à 12 h56. 

A 14 heures, la formation de la 15eme Air Force rentre à sa base en Italie. Alors qu'ils ne sont qu'à quelques kilomètres des côtes de Provence au Nord de Fréjus La chasse et la Flak anti-aérienne allemande fait feu en direction de la vague d' avions. Le Lucky Lady est atteint à l’avant et prend feu immédiatement. L’avion n’ira pas plus loin. Il s’écrase au Nord-Est d’Agay. A l’intérieur, six hommes sont mortellement blessés.



Early morning May 25, 1944, at the Gioia del Colle Air Force base in Italy, the "Lucky-Lady", a B-24 Liberator serial 41-29382 from the 464th Bomber Group of the 15th Air Force soars into the Italian sky for its ninth mission : rail road Bombing  near Grigny , South of Lyon (Rhône-France)

 

The first planes reach their objective and drop bombs at 12:56 p.m. 

At 2 p.m.,  on their way back, at few miles from French Riviera coast the German hunters and anti-aircraft move towards the planes. The Lucky Lady is hit in the front and start burning immediatly. The plane won't go any further and crash northeast of Agay. Inside, six men are fatally injured.




Des témoins ont vu quatre parachutes quitter le bombardier en flammes juste avant qu’il ne pique du nez et disparaisse du ciel . Philippe Castellano, qui fit un travail remarquable de recherche et homage aux pilotes morts pour la France, auteur de "Liberator" précise : " L’appareil n’est alors plus qu’une boule de feu qu’apparemment le pilote essaie de contrôler pour tenter de laisser se parachuter les trois membres de l’équipage encore en vie à bord, qui doivent sans aucun doute être, eux aussi, blessés et gravement brûlés... Un parachute s’ouvre... il est en flammes ! Un autre se met en vrille et l’aviateur qui y est suspendu, descendant à toute vitesse, disparaît dans la forêt. Les deux autres s’ouvrent et d’après certains témoignages, il semblerait qu’un chasseur allemand se soit approché d’un aviateur et lui ait tiré dessus. Le quatrième homme atterrit sauf, mais grièvement brûlé. Il s’agit du pilote, le sous-lieutenant Trotter qui est immédiatement capturé par les soldats allemands et dirigé vers l’hôpital militaire de Draguignan."

Photo du crash prise par un habitant de la région en 1944
Photo du crash prise par un habitant de la région en 1944


Cette lettre a été envoyée à la femme du navigateur Harry E Lovelle, décédé ce 25 Mai 1944 avec l’équipage du Lucky Lady, par Eddie Grunenwald, pilote du "Free delivery" capturé le 5 Juillet 1944 et hospitalisé en même temps que William Trotter à l'hopital Allemand, seul rescapé du Lucky Lady qui mourût d'une septisemie le 25 aout 1944 et qui repose au cimetière Henri Chapelle en Belgique.

September 4, 1945                                                 Dear Mrs Lovelle,

Have just received your letter today and know how much trouble you must have gone to in trying to get information and how you ever found my address must have been a job. However I cannot tell you much as we are never alone to be able to talk freely of details because of Germans around us. I was also so depressed about my own crew with our accident that I didn’t feel like talking with others of these things at the time, so here is the little that I know.

I left the hospital of Toulon and went to hospital in Lyon, France, July 28 where I met Lt.Trotter. There was another American Bombardier with us by the name of Spring [2] whom I’ve lost touch of also.

Bill Trotter told me of his ship being hit by the gas gauges and fuel transfer system on the flight deck, and catching fire. The radio was inoperative so he was unable to talk to any of the crew . The ship was all ablaze and in bad shape so his only choice was to get out fast and he climbed out of the top hatch which is in the flight deck just a couple feet behind the pilot seats. He told me the plane exploded very shortly after. He saw no other parachutes in the air and believed himself to be the only survivor. He was badly burned but his face and hands had already healed excepting for red and brown discoloration scars. His worst burns were from his waist down to behind his heels. They were third degrees burns, very slow to heal, and made it impossible for him to walk. The Germans made special pads for him so he could lie on his back or side and change around without damaging the burned places. He got along pretty well excepting for the times when they insisted on bending his knees to keep them from getting stiff and immobile. I was able to walk around, so I helped change his pads and dressings, and because I could speak some German acted as interpreter in trying to get bandages fixed as he wanted them. Two days later the three of us were moved out of that nice hospital into some sort of a dungeon affair and didn’t get the usual expected food and doctor’s care. Up in the hospital they had nurses who gave us cigarettes, fruit juice, and many other nice attentions. I suppose the efforts of the invasion and bravery of the Free-French by that time made them very worried about losing us. At any rate they put us on a first-class train out of Lyon via Dijon, France, where the railroads were so badly blown out for a mile that we would have to walk it to go any further. Trotter couldn’t walk, nor could Lt. Spring who had his foot amputated. I had nothing wrong with my feet so had to go on. We all took each other’s addresses and were going to write to each other. The Germans took my addresses away in the search when entering the hospital at Paris.

Lts. Trotter and Spring had both expected to get home before I would because of the repatriation deal for which they were eligible. Lt Woel told me of Lt. Trotter’s death but I have heard nothing of Lt. Spring since. If he is alive then my address was stolen from him too by the Germans, as he had promised to write to my wife as soon as he got back to the states. If Lt. Spring is alive he would know more of Bill and your husband’s plight than I because they stayed together at Dijon, France hospital.

I am getting plastic surgery here at the hospital for burns from my accident, there is a good Red Cross staff and I’ll try to locate Spring through them and the War Department for you if possible.

I don’t remember Spring’s first name or his outfit but he was flying from Italy ( I think 449th Group) and was shot down on or about July 11, 1944, at Toulon, France and had a foot amputated. If this information will locate him I’ll let you know and write to him also.

If you wish, you may forward this letter on to Bill’s next of kin or tell the folks the little news I have - however you wish - as I don’t think I’ve broken army regulations in writing this.

One other thing I would like to say in case you think a lot of the awful suffering in a burning plane. I want to quote from my own experience in exactly the same kind of an accident. My plane caught fire the same way, I passed out from smoke and flames, ship exploded and I awakened in remains and bailed out. Things happen so fast in a plane and you are thinking of so many things that you never realize little if any pain before you pass out. Everything happens one way or the other before you know it and its definitely not like these horror pictures we see in the movies. Excuse me for being abrupt, I don’t intend to be funny, gallant, or hurt your feelings in any way, but am just picturing you having similar thoughts as my folks had. Trotter said the same thing, he didn’t realize he was badly hurt until he hit the ground and tried to walk . His wrist watch had burned right off his arm and left a white circle where band and watch were covering his wrist, the rest had healed leaving skin brown. He used to joke about it and say, “when the army asks me what I did with their hack watch I’ll show them my war scar and the pretty white band.”

Please accept my sympathies and hopes that we get to hear better and more definitive news soon,

Yours

Eddie

 


le 4 septembre 1945

Chère Mme Lovelle,

Je viens de recevoir votre lettre aujourd'hui  et j'imagine à quel point vous avez dû vous battre pour obtenir des informations et comment vous avez trouvé mon adresse a dû être un travail. Cependant, je ne peux pas vous dire grand-chose car nous ne sommes jamais seuls à pouvoir parler librement des détails à cause des Allemands qui nous entourent.

J'étais aussi tellement anéantit de la perte de mon propre équipage et notre crash que je n'avais pas envie de parler avec d'autres personnes de ces choses à l'époque, mais voici le peu que je saches .

J'ai quitté l'hôpital de Toulon et suis allé à l'hôpital de Lyon, France, le 28 juillet où j'ai rencontré le lieutenant Trotteur.

Il y avait un autre pilote de Bombardier américain avec nous du nom de SPRING (avion abattu près de Brignoles) dont j’ai également perdu le contact.

Bill Trotter m'a dit que son appareil avait été touché dans les réservoirs de carburant et le système de transfert sur le pont d'envol, et qu'il avait pris feu. La radio ne fonctionnait pas, il n'a donc pu parler et prévenir aucun membre de l'équipage.

L'avion était en feu et en mauvais état, son seul choix était donc de s'éjecter rapidement et il est sorti de la trappe supérieure qui se trouve dans le pont d'envol à quelques pieds derrière les sièges des pilotes. Il m'a dit que l'avion avait explosé très peu de temps après. Il n'a vu aucun autre parachute dans les airs et s'est cru le seul survivant.

Il était gravement brûlé mais son visage et ses mains avaient déjà guéri à l'exception des cicatrices de décoloration rouges et brunes. Ses pires brûlures étaient de sa taille jusqu'à derrière ses talons. C'étaient des brûlures du troisième degré, très lentes à guérir, et il lui était impossible de marcher.

Les Allemands lui ont fabriqué des coussinets spéciaux pour qu'il puisse s'allonger sur le dos ou sur le côté et se changer sans endommager les endroits brûlés. Il s'entendait plutôt bien, sauf pour les fois où ils insistaient pour plier ses genoux pour les empêcher de devenir raides et immobiles. J'ai pu me promener, alors je l'ai aidé à changer ses serviettes et ses pansements,

et parce que je ne pouvais pas parler, un allemand a agi comme interprète en essayant de faire ses bandages comme il le voulait. Deux jours plus tard, nous avons été déplacés tous les trois de ce bel hôpital vers une sorte de donjon et n’avons pas reçu la nourriture et les soins médicaux habituels. À l'hôpital, il y avait des infirmières qui nous ont donné des cigarettes, des jus de fruits, et bien d'autres belles attentions. Je suppose que l'annonce du débarquement allié et de la bravoure des Français libres à ce moment-là les ont rendus très inquiets de nous perdre. En tout cas, ils nous ont mis dans un train de première classe au départ de Lyon via Dijon, en France, où les chemins de fer ont été tellement soufflés pendant un kilomètre qu'il m'as fallut marcher pour aller plus loin.

TROTTER ne pouvait pas marcher, pas plus que le lieutenant SPRING qui s’était fait amputer le pied. Je n'avais pas mal aux pieds alors j'ai dû les laisser et continuer. Nous nous sommes tous échangés nos adresses et promis que nous allions nous écrire. Les Allemands ont pris mes adresses lors de fouille en entrant à l'hôpital de Paris.

Les Lieutenant TROTTER et SPRING s'attendaient tous les deux à rentrer chez eux avant moi en raison de l'accord de rapatriement auquel ils étaient éligibles. Le lieutenant WOEL m'a appris la mort du lieutenant TROTTER mais je n'ai plus entendu parler du lieutenant SPRING depuis. S'il est vivant, mon adresse lui a aussi été volée par les Allemands.

Comme il avait promis d'écrire à ma femme dès son retour aux États-Unis. Si le lieutenant SPRING est en vie, il en sait plus que moi sur le sort de Bill et de votre mari parce qu’ils sont restés ensemble à l’hôpital de Dijon.

Je subis une chirurgie plastique ici à l'hôpital pour des brûlures causées par mon accident, il y a un bon personnel de la Croix-Rouge et je vais essayer de localiser SPRING à travers eux et le département de guerre pour vous si possible.

Je ne me souviens pas du prénom de SPRING ni de son unité, mais il était basé en Italie (je pense que le 449e groupe) et a été abattu le ou vers le 11 juillet 1944 à Toulon, en France, et a été amputé d’un pied.

Si j'arrive à le retrouver,  je vous le ferai savoir et lui écrirai également.

Si vous le souhaitez, vous pouvez transmettre cette lettre au plus proche parent de Bill ou donner aux gens les nouvelles que j'ai  comme vous le souhaitez  car je ne pense pas avoir enfreint les règlements de l'armée en écrivant ceci.

Une autre chose que je voudrais dire au cas où vous pensez à beaucoup de souffrances horribles dans un avion en feu. Je veux citer ma propre expérience dans exactement le même genre d'accident. Mon avion a pris feu de la même manière, je me suis évanoui à cause de la fumée et des flammes, l'appareil a explosé et je me suis réveillé dans les restes et je suis sorti de celui ci.

Les choses arrivent si vite dans un avion et vous pensez à tellement de choses que vous ne réalisez peu ou pas de douleur avant de vous évanouir. Tout se passe d'une manière ou d'une autre avant que vous ne le sachiez et ce n'est certainement pas comme ces images d'horreur que nous voyons dans les films. Excusez-moi d'être brutal, je n'ai pas l'intention d'être drôle, galant, ou blesser vos sentiments de quelque manière que ce soit, mais je vous imagine simplement avoir des pensées similaires à celles de mes parents. TROTTER a dit la même chose, il n’a pas réalisé qu’il était gravement blessé avant de toucher le sol et d’essayer de marcher. Sa montre-bracelet avait brûlé sur son bras et laissé un cercle blanc où le bracelet et la montre recouvraient son poignet, le reste avait guéri, laissant la peau brune. Il plaisantait à ce sujet et disait: «Quand l’armée me demandera ce que j’ai fait avec leur montre, je leur montrerai ma cicatrice de guerre et le joli bandeau blanc.»

Veuillez accepter mes sympathies et espère que nous aurons bientôt des nouvelles meilleures et plus définitives,

bien à vous,

Eddie



En 1959, un habitant de la région au Nord du Crash du bombardier "Lucky Lady" retrouve dans les bois une porte de la tourelle à doubles mitrailleuses ventrale boule de bombardier. Retrouvée dans le grenier de cet habitant dans les années 2000, la porte conserve encore des traces noires carbonisées qui portent fortement à penser que c'est la porte du "Lucky Lady" un des rares bombardier qui pris feu en vol sur la région. 




Écrire commentaire

Commentaires: 0