· 

RICCO Fernand, Résistant, S.A.P, Mons en Provence

Fernand RICCO, au clos d'Espargon, camp de Canjuers en 2006 alors qu'il nous racontais sa période dans la résistance. 'photo J.M Soldi.
Fernand RICCO, au clos d'Espargon, camp de Canjuers en 2006 alors qu'il nous racontais sa période dans la résistance. 'photo J.M Soldi.

Fernand RICCO est né le 30 mars 1913, dans le petit village de Mons dans l'Est du Haut Var. Nous avons bien connu Fernand, mais ce sera grâce à sa fille Simone que cet article en son hommage pu voir le jour. Pour illustrer la vie et l'enfance de Fernand, voici un superbe texte extrait du récit de famille que sa fille Simone à écrit en 2016 :

.." Marie et Romain RICCO  mes grands parents vivaient en pleine nature dans une solide bâtisse de pierres aux murs épais attenante à une étable où cohabitaient l'âne, la chèvre, la chatte et ses chatons, à l'écart une belle nichée de lapereaux, un peu plus haut le coq et quelques poules sans oublier le cochon que l'on engraissait pour avoir une bonne réserve de viande l'hiver.

..." Dans ce terroir aride et venteux, le blé de jadis nourrissait  tout le monde, et sa paille devenait un confortable nid pour les animaux.

Quatre kilomètres plus haut (que la ferme) le village aux ruelles étroites à petites ouvertures ne permettait pas au froid hivernal de franchir les seuils.

Au fond du vallon, près des sources de la Siagniole le moulin à farine et moulin à huile faisaient nécessairement partie du décor.

La vie s'écoulait paisible et rude avec une solidarité que l'on ne rencontre plus hélas... la jalousie, l 'hypocrisie étaient bien loin de ces gens simples, leurs seules craintes étaient la maladie et la famine, de ce fait le gaspillage n'existait pas ! ...

 

Les saisons donnaient le rythme et au fil des jours les années s'écoulaient sans que rien ne trouble, ne déstabilise ces vies bercées par le chant de la nature.

 



son enfance à Mons, où il suivit sa scolarité à la petite école communale , puis il vas apprendre le métier de Boucher avec son oncle Louis PELASSY. Fernand RICCO épouse Léa MARIN le 23 aout 1938 puis il sera convoqué tout d'abord pour son service national, et le 10 juin 1940, l'Italie déclare la guerre à la France,  il sera mobilisé et affecté au 157em régiment d'artillerie de Position. (R.A.P)

Lors de la bataille des Alpes, il sera boucher pour les troupes dans la forteresse du Mont Agel, l'un des plus haut sommet qui domine la mer méditerranée entre Monte Carlo, Roquebrune Cap Martin et l'Italie coté Est sur la commune de Peille.

 

Cette fortification faisait parti de la ligne Maginot. Il s'agit d'un gros ouvrage, dont la majorité des infrastructures sont souterraines, avec huit petits blocs émergeant en surface ; son armement consiste essentiellement en deux tourelles d'artillerie.


Petit Historique du 157em R.A.P

ll est formé à Nice le premier août 1919 à partir du dépôt du 7e RAP et des éléments

du 178 RA . II compte six batteries dont une de DCA à Toulon. La réorganisation de

l'artillerie en mai 1929 lui attribue deux groupes à pied et un groupe de DCA. Les

écoles à feu qui se déroulent au camp des Garrigues se font à partir de l'été 1930

dans le massif de l'Authion.

 Regroupé à Nice, le régiment détache des batteries, à tour de rôle, aux forts du Mont-Agel et de la Drette . En 1932, il reçoit les étendards des 7e et 10 RAP dont il garde les traditions.

Le 14 mars 1933, deux nouveaux groupes sont créés, dont un de DCA.

Le PC est à la Trinité puis à la Tête de Lavina (decembre 1939), La Trinité-Victor (mars 1940), Casemate du Mont-Bataille puis à proximité de la Turbie le 10 juin 1940

- Chef de corps : Lt Col CHARMASSON à compter du 29 aout 1939.

1° Groupe dont faisait parti Fernand RICCO est sous le commandement du capitaine BOIFILS

La 1° batterie : Capitaine ROUX

Positions du Mont-Agel (Réduit et Plateau du Mont-Agel)

2  canons de 220 mm L modèle 1917 Schneider , Lieutenant CAPEL

2 canons de 145/155 mm modèle 1916 Saint-Chamond, Lieutenant GUILLOT

2 canons de 155 mm L modèle 1877 de Bange , Lieutenant BARTHELEMY.

2em Batterie: Capitaine Dromard

Position de la Baisse du Pape

 

3em Batterie : Capitaine Tennevin

Position de La Lavina

 

(source mémoire d'Alpins & Wikimaginot)

Fernand RICCO, en tenue du 157em RAP
Fernand RICCO, en tenue du 157em RAP
Le Lieutenant Colonel Chamarsson, commandant le 157em RAP
Le Lieutenant Colonel Chamarsson, commandant le 157em RAP
La 1er Batterie en 1939, photo prise sur le Mont Agel. (source Wikimaginot)
La 1er Batterie en 1939, photo prise sur le Mont Agel. (source Wikimaginot)


Fernand RICCO photo prise le 3 juin 1940 au Mont Agel.
Fernand RICCO photo prise le 3 juin 1940 au Mont Agel.

Le capitaine américain OSS Geoffey JONES. Photo qu'il portait sur lui lors du périple avec Fernand et qui lui permit d'être identifier par le général Frederick.
Le capitaine américain OSS Geoffey JONES. Photo qu'il portait sur lui lors du périple avec Fernand et qui lui permit d'être identifier par le général Frederick.

Fausse carte d'identité fabriquée par le groupe de Fernand RICCO pour le capitaine JONES.  cette carte fut retrouvée par le plus pur des hasards lors du nettoyage d'un buffet qui etait dans la ferme de Vallauris entre Trans en Provence et La Motte.
Fausse carte d'identité fabriquée par le groupe de Fernand RICCO pour le capitaine JONES. cette carte fut retrouvée par le plus pur des hasards lors du nettoyage d'un buffet qui etait dans la ferme de Vallauris entre Trans en Provence et La Motte.

A la capitulation Fernand RICCO rejoint sa femme et son village de Mons où il habite maintenant avec sa femme et son premier enfant. Il ne tardera pas à se mettre en contact avec les premiers réseaux de résistance. Depuis 1943, un maquis commence à faire parler de lui dans la région. 

Ce Maquis, c'est le Maquis VALLIER, celui de SIVERINE et de ses hommes, camouflé en premier lieu dans les gorges de la Siagne, puis sur les hauteurs de Mons. 

Ce maquis, sera en contact avec le groupe de résistant de Fernand RICCO qui lui assurent la nourriture et les contacts avec les autres réseaux du Var.

Parmi ses mission, la plus périlleuse sera celle de la nuit du 14 au 15 août 1944.

Avec sa camionnette , il vas conduire l'équipe de la mission parachuté 2 jours auparavant pour organisé l'opération aéroportée sur la plaine de Trans en Provence, Les Arcs, La Motte. le capitaine de l'OSS Geoffrey JONES, escorté par 7 gendarmes, parmi lequel le gendarme Germain GOURCY. A cette occasion, JONES se verra remettre des faux papier ou il portera le nom de GUILLOT. Il était mentionné "sourd et muet" car même si JONES parlais bien le Français, son accent américain l'aurai trahis en cas d'interpellation et d'interrogation. Vers minuit, le camion démarre du camp du mont Malay, près d'Espargon au Nord de Bargemon.  Arrivé à 1 kilomètre du col du Bel homme, un avion en patrouille décèle les petites lueurs des phares du camion et lâche 3 bombes.  JONES semble reconnaitre un avion allié … heureusement il manque sa cible à quelques centaines de mètres près et Fernand RICCO redémarre le camion qui viens d'être fortement secoué. Personne n'est blessé. il reprend sa route cette fois tous feux éteints. Bargemon, Callas, La Motte sont traversés sans encombres. Un peu avant d'arriver à Trans en Provence, dans la vallée de la Nartuby, un vrombissement assourdissant rempli le ciel dans le silence de l'aube qui se lève. L'officier américain demande à Fernand  d'arrêter le camion.  Tout l'équipage descend et assiste émerveillé , le cœur serré et les yeux remplis de larmes au parachutage des premiers éléments aéroportés Alliés. Le jour tant espéré était enfin arrivé… Le Débarquement..! A peine les premiers éléments du 517em régiment aéroporté américain touchent le sol que les hommes de la mission doivent se mettre à couvert et cette fois ils sont pris pour cible par les parachutiste qui pensent qu'il s'agit d'un camion ennemi !..  encore une belle peur.. Fernand RICCO arrive enfin à la ferme de Vallauri où les attendent le commandant Jean BLANC, le chef de la résistance locale. Connaissances faites, le groupe se joint à la première vague de parachutistes et progressent en direction des Arcs sur Argens vers la mission du 517em régiment aéroporté Américain : le château de Sainte Roseline. La rivière Nartuby est franchie à gué et le premier contact avec l'ennemi est engagé aux environ de la gare de Sainte Roseline et la nationale 555. Fernand RICCO restera sur le secteur jusqu'à la fin des combats avant de rejoindre son village.

 

Cette page est dédié à Fernand , que nous avons bien connu, et qui aimé nous raconter son action dans la résistance du haut Var, avec la modestie qui caractérise ces hommes de l'ombre bien trop souvent restés dans l'ombre.

Fernand nous à quitté en 2007 à l'âge de 94 ans.  Merci à sa fille Simone, que nous avons retrouvée grâce au progrès d'internet et qui nous as aidé à rédiger cet article. 


Fernand RICCO à gauche avec des camarades à la caserne du 157em R.A.P.
Fernand RICCO à gauche avec des camarades à la caserne du 157em R.A.P.

Écrire commentaire

Commentaires: 0